• par PSA bien sûr ! 

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    votre commentaire
  • Voilà pourquoi j'abandonne le moteur diésel ... 

     

    vanne EGR encrassée (clic pour agrandir)

    LA GRANDE BOUFFONNERIE

    Incroyable, mais vrai, le contrôle technique actuel ne vérifie ni le niveau de pollution des diesels ni l'efficacité des dispositifs antipollution. Mais cela va changer, comme le révèle Auto Moto n°231 en exclusivité !

    La question de la pollution du diesel est toujours d'actualité. Si les nouveaux modèles sont plus vertueux, le parc roulant, lui, va en se dégradant, la généralisation

    des mauvais usages (petits trajets, parcours urbains) ayant un impact néfaste sur les diesels récents. Les injecteurs s'encrassent dès 20 000 km et n'assurent plus une bonne pulvérisation du carburant. Les problèmes s'enchaînent alors en cascade : colmatage du FAP, encrassement de la vanne EGR, du turbo... Selon une étude de la Feda (Fédération des syndicats de la distribution automobile), 51 % des diesels souffrent d'un dysfonctionnement à l'admission, 46 % aux injecteurs, 37 % à l'échappement, 36 % à la vanne EGR, 21 % à la pompe d'injection et 17 % au turbo. En clair, les deux tiers de notre parc roulant ne répondent pas aux normes antipollution !

    LE CONTRÔLE TECHNIQUE DES MOTEURS DIÉSEL : IMPUISSANT

    Face à l'ampleur du mal, on s'étonne que le contrôle technique ne tire pas le signal d'alarme. Selon les mesures de pollution des voitures diesels effectuées lors dudit contrôle, le bilan est ... très satisfaisant, avec un taux de contre-visite de 0,95 %! La raison de cet aveuglement est simple: le test est effectué avec un opacimètre, un appareil aujourd'hui totalement obsolète. Il se contente, en effet, de mesurer l'opacité des fumées à l'aide d'un projecteur de lumière verte et d'un capteur photométrique, un outil adapté à la vérification d'une Renault Fuego diesel, mais dépassé avec les diesels modernes à injection haute pression. Et il y a plus grave ! Non seulement le contrôle technique est incapable de mesurer le vrai niveau de pollution des diesels, mais il est également dans l'incapacité de détecter la neutralisation illégale des dispositifs de dépollution. La désactivation de la vanne EGR, par exemple, est une pratique de plus en plus courante. Cette vanne a pour but de limiter la formation des NOx en réinjectant des gaz neutres (gaz d'échappement) à l'admission. Ces gaz chargés de suies encrassent rapidement son mécanisme. Du coup, pour éviter tout dysfonctionnement, de nombreux automobilistes la font neutraliser. Certains constructeurs proposent même des pièces (plaque métallique) pour l'obturer! Le "cholestérol" dont souffrent aujourd'hui les diesels touche aussi les filtres à particules. Ils s'obstruent, avec le risque d'une casse du moteur. Pour y remédier, la pratique du "défapage" se répand. Pour 400 € environ, certaines sociétés, qui font de la publicité sur les sites d'annonces entre particuliers, proposent un démontage pur et simple du FAP avec une reprogrammation du calculateur. Une pratique illégale que la nouvelle loi sur la transition énergétique devrait punir de 7 500 € d'amende et de l'interdiction d'exercer une activité professionnelle pendant un an. Encore faut-il pouvoir le vérifier.

    VERS UNE (R)ÉVOLUTION DU CONTRÔLE TECHNIQUE DES MOTEURS DIÉSEL

    Acteurs du contrôle technique et pouvoirs publics sont parfaitement conscients de ces dérives et travaillent sur une évolution du contrôle technique. Ainsi, l'usage d'un opacimètre autorisant une lecture plus fine de l'opacité des fumées permettrait de déceler l'absence de FAP. En ce qui concerne l'encrassement des moteurs. une solution préconisée par Bosch et Spheretech permettrait l'analyse du rendement thermodynamique des diesels. "C'est une vérification de l'état respiratoire du parc . On mesure la capacité de remplissage. Si un moteur aspire mal, c'est qu'il vide mal, symptôme d'un colmatage de la ligne d'échappement. Ce manque d'air entraîne une hausse de la consommation, du CO, et des émissions de particules." Mieux vaut diagnostiquer l'excès de cholestérol avant l'infarctus ! Ces modifications du contrôle technique ont déjà été adoptées en première lecture à l'Assemblée nationale et au Sénat dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique. Elles sont aussi appuyées par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, et pourraient entrer en vigueur le 1er janvier 2017, sous réserve de leur faisabilité. J.-L. MOREAU(Droits réservés)

    Note du rédacteur de ce billet : le contrôle et les mises en conformité vont coûter très cher ...

    Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    votre commentaire
  •  

     

     

            ☛ Cliquez ici !

     

     

     

         Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    votre commentaire
  • C4 II Pure Tech Ess S&S EAT6 130 CV Shine 

     Votre avis m'intéresse ! Un commentaire ! ... Merci !


    1 commentaire